Du prisonnier à l’évangéliste

M Bedi prêchant au milieu de ses ex--compagnons

M Bedi prêchant au milieu de ses ex–compagnons

Incarcéré à la prison civile de Lomé pendant 18 mois pour escroquerie, faux et usage de faux, Bédi Komi y a rencontré Jésus – dont il parle aujourd’hui avec zèle à ses ex-codétenus.

Le séjour à la prison civile de Lomé de Bédi Komi, impliqué dans une affaire d’escroquerie, de faux et usage de faux, faisait partie du « plan de Dieu » pour sa transformation, raconte-t-il. Pendant qu’il était en prison, Bédi Komi a été touché, par ce passage de 2 Pierre 1.4 :

« C’est ainsi qu’il nous a accordé les biens si précieux et si importants qu’il avait promis, afin qu’en les recevant vous puissiez échapper aux désirs destructeurs qui règnent dans le monde et participer à la nature divine. ».

Bouleversé

Cela s’est produit au cours d’une séance d’écoute de La foi vient en écoutant en  mina, organisée à la prison, à laquelle il participait pour la première fois.

« Ce verset et les autres qui l’ont suivi m’ont totalement bouleversé au point de me faire revivre ce qui m’a amené en prison », confie-t-il.

« Pendant la prière d’intercession ce jour-là, je n’ai cessé de verser des larmes. J’ai pleuré à chaudes larmes sur mon passé et j’ai promis à Jésus de le suivre désormais en annonçant sa Parole partout et spécialement aux prisonniers dont je connais désormais les facilités de déviance et de perversion. »

La mission de l’évangéliste Bédi

Hier prisonnier et aujourd’hui évangéliste, Bédi Komi est résolument décidé à apporter à tout prisonnier, « la lumière dans les ténèbres » de leurs cellules. Il est aujourd’hui reconnu des autorités de l’administration pénitentiaire du Togo, comme « évangéliste des prisons » et autorisé à intervenir dans toutes les maisons d’arrêt du Togo. Partout où il passe, Bédi Komi partage sa conviction avec ses auditeurs en ces termes :

« La vie nous forme, la société nous déforme, la prison nous réforme… mais la Parole de Dieu nous transforme. »

Voir la Liste des maisons d’arrêt où se déroule le programme de la foi vient en écoutant au Togo

Voir aussi Témoignages sur la FVE dans les prisons du Togo

La vidéo qui suit est un extrait de l’évangile de Marc en Mina, langue dans laquelle se déroule l’écoute de la FVE en prison.

“Elle et moi/Moi et elle”-donner aux jeunes la passion de la Parole

Comment donner aux jeunes Togolais la passion de la Parole de Dieu ? C’est une des préoccupations constantes de l’Alliance Biblique du Togo (ABT). Son projet « Elle et moi / Moi et elle » (La Bible et moi/ Moi et la Bible) est désormais un élément déterminant de sa stratégie jeunesse.

Des jeux et des activités diverses

Lancé en mai 2011 par un concert unificateur, « Elle et moi / Moi et elle » rassemble des jeunes autour de la Parole de Dieu grâce à des jeux et des activités diverses. Elle est pilotée par M. Koffi Soké Kpomgbé, Coordinateur National de toutes les activités jeunesse de l’ABT depuis 2011.

Après un Forum National des jeunes, tenu en août 2011 au siège de l’ABT, les jeunes, venus de différentes Eglises ou regroupements de jeunes chrétiens, ont marqué leur adhésion au concept « Elle et moi / Moi et elle » en s’organisant en plusieurs commissions pour mieux véhiculer le message : encourager la lecture de la Parole.

De réunion en réunion, ces jeunes ont multiplié les contacts, ce qui a abouti à l’organisation d’activités dans plusieurs localités du pays. A Lomé, à Togoville, à Sokodé, à Vogan ou à Atakpamé, le refrain est le même : « Elle et moi / Moi et elle ».

Une douzaine de dénominations

« Elle et moi / Moi et elle » regroupe aujourd’hui plus d’une vingtaine de groupes de jeunes et plus d’une douzaine de dénominations chrétiennes – et ce n’est qu’un début ! Actuellement, Koffi Soké Kpomgbé et ses jeunes se préparent activement à mener d’autres actions dans le cadre du mois de la Bible de l’ABT entre avril et mai 2012.

Les enfants togolais assimilent les récits bibliques en les coloriant

 

Comment semer les valeurs chrétiennes dans le cœur des enfants togolais ? Alliance biblique du Togo tente d’apporter une réponse à cette préoccupation au moyen de son projet « Les enfants grandissent avec la Parole de Dieu » : des bibles à colorier sont offertes aux enfants des écoles primaires.

« Je ne peux pas oublier… »

« Avant, quand je lisais une histoire biblique, je me faisais ma propre idée des personnages et de l’environnement dans lequel ils se trouvaient, nous dit David Wilson, 12 ans. Après, j’oubliais tout !

« Mais je ne peux pas oublier une histoire lorsque j’ai eu à donner une couleur aux habits des personnages et où j’ai peint les oiseaux et les arbres ! »

Vacances utiles

C’est bien pour que les enfants s’approprient ainsi la Bible et ses récits que l’ABT a entrepris ce projet. Julien Bossou, responsable du marketing et des relations avec les Eglises à l’ABT, raconte comment lui est venue l’idée de ces bibles à colorier :

« L’année dernière, pendant les vacances scolaires, l’Alliance biblique accueillait des enfants chaque mercredi après-midi. Nous avions baptisé ce projet “Vacances utiles”. Nous leur projetions des dessins animés sur des thèmes tels que la patience, la responsabilité, le courage, etc. Les enfants repartaient avec des dessins à colorier pour la fois suivante, avec un texte biblique à lire, seuls ou avec l’aide de leurs parents.

« Cette démarche a eu tant de succès que j’ai proposé de compiler tous les dessins en un même ouvrage, Je colorie ma Bible. Les textes bibliques sont tirés de la Bible Parole de Vie, en français fondamental, et les enfants les comprennent bien. »

Un manque de matériels didactiques

Ces bibles à colorier répondent à un besoin pour les écoles du dimanche. En effet, le manque de matériels didactiques appropriés fait que ces structures se transforment souvent en garderies, pendant que les parents sont nourris spirituellement. Les moniteurs, qui ont participé à la conception de l’ouvrage, en ont salué la publication.

Je colorie ma Bible a également suscité l’intérêt des écoles primaires catholiques et protestantes, et l’ABT a initié un projet pilote dans trois écoles confessionnelles de Lomé : l’Ecole primaire catholique Notre-Dame des Apôtres à Bè, l’Ecole évangélique presbytérienne de Nyékonakpoè, et l’Ecole évangélique de Hanoukopé.

Pour les élèves de CE1

Les bibles à colorier sont distribuées aux élèves de CE1, qui les utilisent lors des cours d’enseignement religieux. Ils se familiarisent ainsi avec les récits bibliques tout en s’amusant à colorier les illustrations.

« Nous avons déjà eu plusieurs cours d’enseignement religieux avec les bibles à colorier offertes par l’Alliance biblique, nous dit Koffi Amegbo, directeur de l’Ecole évangélique presbytérienne de Nyékonakpoè. J’espère que nous pourrons en recevoir pour toutes les classes et tous les établissements scolaires de notre Eglise. Il est évident que les enfants assimilent plus vite les récits bibliques que lorsque nous nous contentons de leur lire ou de leur raconter l’histoire. »

Dans l’avenir, l’ABT espère bien élargir son projet à d’autres écoles. Elle rêve aussi de pouvoir travailler avec un illustrateur togolais afin de proposer un ouvrage encore mieux adapté – plus ancré dans la culture du pays.

Projet 87847

ZeBible – vers un nouveau succès au Togo

Trouver son chemin dans la Bible

« Nous les jeunes, nous avons toujours envie de nouveauté, d’innovation. Et franchement, ZeBible a comblé mes attentes dans ce domaine ! De plus, en feuilletant ZeBible, j’ai déjà trouvé la réponse à plusieurs questions que je me posais. »

Cette seule remarque est déjà un succès pour l’Alliance biblique du Togo (ABT), estime Macaire Gbikpi, responsable de la communication à l’ABT. En effet, sa diffusion dans le pays a pour objectif d’aider les jeunes Togolais à « trouver eux-mêmes leur chemin dans la Bible », explique-t-il.

Une œuvre œcuménique

Paul Dégnidé faisait partie d’un groupe de responsables d’Eglises, d’instituts de formation théologique et    d’associations de jeunesse chrétiennes de différentes dénominations qui avait été invité au lancement de ZeBible à Lomé, la capitale togolaise, le 2 mai dernier. Des représentants des médias étaient également présents.

La dimension œcuménique de ZeBible, présentée dans un historique intitulé « ZeBible, du rêve à la réalité », a été bien reçue :

« Je suis séduit par le caractère interconfessionnel de ZeBible, souligne Samba Yves Sow, membre du Conseil de     coordination des actions catholiques des jeunes.

Un instrument d’unité

« Ce serait précieux si l’Alliance biblique pouvait nous aider à en faire un réel instrument d’unité entre nous les jeunes, catholiques ou protestants. Peut-être pourrait-elle nous initier à ses outils de sorte que nous en tirions pleinement parti pendant nos séances de travail ? »

L’ABT, qui considère le lancement de ZeBible comme une étape très importante, compte bien promouvoir au mieux cet ouvrage qui répond à un besoin.

Un ouvrage très riche

« Grâce à ZeBible, les jeunes ne seront plus rebutés par la lecture de la Bible, se réjouit Macaire Gbikpi. Avec ses notices, portraits, pages d’outils de lecture, parcours thématiques, programmes de lecture, introductions sur le monde de la Bible, index, vocabulaire, etc., ZeBible est un ouvrage très riche à la disposition des jeunes et de tout autre lecteur en quête d’une culture biblique de qualité. »

Seule réserve dans l’accueil réservé à ZeBible au Togo ? Son prix.

« Le prix de cette Bible (12.000 francs CFA, soit 25 dollars US) n’est malheureusement pas à la portée de nos bourses d’étudiants », estime Paul Dégnidé.

L’ABT est consciente de cette difficulté et elle ne peut pas la contourner. Pour faciliter la promotion de ZeBible, les responsables présents au lancement ont pu chacun acheter trois exemplaires de l’ouvrage à prix coûtant – en plus de l’exemplaire qui leur avait été offert.

« ZeBible, c’est une nouvelle expérience, et nous sommes convaincus que cet ouvrage exceptionnel trouvera son public », conclut Macaire Gbikpi.

Le programme ‘‘Où est le Bon Samaritain aujourd’hui’’ se transporte dans les ateliers de couture et de coiffure au Togo

‘Où est le Bon Samaritain aujourd’hui’’

Sensibilisation sur le programme Bon Samaritain dans un atelier de Couture à Lomé

Après les églises, les écoles et les groupes folkloriques, l’Alliance Biblique du Togo vient d’initier, il y a bientôt un an, un vaste programme de formation et de sensibilisation sur le VIH et SIDA en direction des ateliers de coiffure et de couture dans certains quartiers de la ville de Lomé.

C’est un fait indéniable que la pandémie de SIDA qui fait rage  un peu partout dans nos pays n’épargne aucun secteur d’activités. Consciente de ce que les ONG et autres associations de lutte contre le VIH et SIDA investissent déjà les milieux socio-professionnels, l’Alliance Biblique du Togo a préféré orienter ses actions beaucoup plus vers les églises, les organisations para-chrétiennes, les écoles et les groupes de danses folkloriques. Cette nouvelle orientation, répond, selon Mme Estelle AKOUEGNON, coordinatrice de ce programme à l’ABT, au besoin  de couvrir certains secteurs d’activités jusque là  considérés  comme champs d’action des  organisations syndicales. « Nous pensions que dans une synergie, avec les autres partenaires intervenant dans le domaine de VIH et SIDA nous allons pouvoir atteindre toutes les composantes de notre nation. Certes beaucoup d’efforts ont été consentis pour réduire le taux de prévalence à VIH au Togo qui est passé de 6,4% en 2005 (au moment du lancement du programme Bon Samaritain au Togo) à 3,2 % en 2011. Mais il reste encore beaucoup à faire notamment en direction de certains groupes-cibles dont les activités quotidiennes les exposent au risque de contamination ».Les couturières, coiffeuses, tresseuses et autres esthéticiennes  sont quotidiennement  exposées au risque d’infection à VIH par rapport aux  outils (aiguilles, ciseaux, lames…) qu’elles manillent à longueur de journée dans l’exercice de leur métier.

Des volontaires engagés

Les volontaires de l’Alliance Biblique du Togo interviennent aujourd’hui dans plus de cinquante ateliers de couture, de tresse et de coiffure. Le pasteur TETE Jean –Baptiste, volontaire sur le programme Bon Samaritain de l’ABT depuis 3 ans, sillonnent à lui seul, près de 20 ateliers. « Je suis toujours réconforté après chaque séance de sensibilisation, d’un atelier à un autre et moi-même je découvre de jour en jours d’autres aspects de la prévention du VIH et SIDA lors des échanges avec les patronnes et les apprenties des ateliers que je fréquente. »

Les bénéficiaires témoignent

 

 

 

 

 

Les apprenties couturières en séance de sensibilisation

 

 

 

 

 

 

 

 

Les bénéficiaires de ce programme ne tarissent pas d’éloges à l’endroit de l’Alliance Biblique qui a pensé à eux en les rejoignant jusque dans leurs lieux de travail.  Mme FESSOU Nathalie, Directrice du salon de tresse  ‘‘La Lumière’’, trouve en cette initiative de l’ABT « un moyen de les sortir de l’obscurité ».

La prochaine étape

Pour la prochaine étape, Mme Estelle AKOUEGNON envisage mener des actions dans les églises avec des enfants. « Nous venons d’éditer  de nouveaux manuels « Bon Samaritain » pour enfants et nous allons nous en servir pour un autre volet du projet SIDA  que nous dénommons « Enfants Vulnérables et Orphelins ».